This page contains a Flash digital edition of a book.
pices aux cas d’usage recherchés est nécessaire. 2 typo- logies se distinguent : les cas d’usage de « Tracking & Tracing simples », où le but recherché est d’identifier les mouvements d’un élément logistique dans son réseau ; les cas d’usage de « Tracking & Tracing enrichi », où le but recherché est de combiner l’identification des mou- vements de l’élément avec une remontée de données plus larges (Température de l’élément, Localisation de l’élé- ment, Position, etc.).


Tracking & Tracing simple : codes-barres, RFID et NFC Le Tracking & Tracing simple, le plus souvent mis en œuvre par les acteurs logistiques, va permettre de répondre à des problématiques de visibilités premières à l’intérieur de réseaux logistiques. Il nécessite bien sou- vent la mise en œuvre d’une infrastructure dédiée de captation et de traitement des informations, propre à chaque réseau. L’initiative la plus connue à ce jour, en France, reste la mise en œuvre de tags RFID sur 80 % des produits Décathlon. Combinée aux éléments de mécani- sation et au processus de captation des informations qui réduisent les tâches manuelles, cette mise en œuvre offre une visibilité approfondie sur les mouvements de stocks à chaque point du réseau et sur les gains de productivité (95 % en réception & expédition, 75 % sur le picking, 88 % sur les inventaires). La transformation omni-canal de Macy’s, distributeur US, s’est aussi effectuée grâce à la mise en œuvre d’une technologie combinant RFID & QR codes. Ceux-ci ont apporté d’une part, une visibilité à 360° sur les stocks en tout point du réseau, élément clé de l’amélioration


du parcours client on-line & off-line ; d’autre part, une optimisation du réseau logistique. Pour ces types d’utilisation, les solutions de types codes- barres, tags RFID ou puces NFC semblent les plus à même d’apporter une réponse viable aux enjeux de traçabilité, de par leur coût et leur environnement d’utilisation.


Tracking & Tracing enrichi : IoT


Le Tracking & Tracing enrichi reste, quant à lui, plus rare et plus ambitieux. Pour celui-ci, au-delà de la simple mise à profit des informations de localisation des objets, de multiples données qualifiant l’objet et son environne- ment peuvent être remontées simultanément. L’exploi- tation de toutes les fonctionnalités offertes par les nou- velles technologies est la clé pour garantir le retour sur investissement.


Le récent partenariat entre Carrefour Supply Chain et Objenious (start-up spécialisée dans les réseaux IoT) démontre une volonté des acteurs logistiques de s’orien- ter vers des usages diversifiés des objets de Track & Trace. Plus qu’une simple information de passage à un point du réseau, l’objectif est de localiser précisément les 150.000 rolls-palettes sur l’ensemble du territoire, bien au-delà du réseau pur de Carrefour Supply Chain, pour limiter les pertes (quelques centaines de milliers d’euros). De multiples autres retailers poursuivent le même objectif avec diverses technologies.


Flexibles, agiles et diversifiés, ces capteurs adressent une multiplicité de cas d’usage. Ainsi, un grand constructeur aéronautique a récemment mis en œuvre une solution de capteurs pour localiser ses équipements de manu-


Gérald Murat Directeur, Capgemini Consulting Gerald.murat@capgemini.com


Henri Flourens Senior Consultant, Capgemini Consulting henri.flourens@capgemini.com


NOVEMBRE 2016 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  N°109 113


©CAPGEMINI


©CAPGEMINI


©CAPGEMINI


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118