This page contains a Flash digital edition of a book.
Entrepôt Goodman à Saint-Mard Savoir décoder le jargon de la profession


Le marché  Demande placée : Ensemble des transactions, à la location ou à la vente, réalisées par des utilisateurs finaux, y com- pris les clés-en-mains.


 Offre disponible : L’offre disponible concerne les surfaces d’entrepôts (de classes A, B ou C) non occupées et dispo- nibles à la location ou à la vente.


 Taux de vacance : Il concerne uniquement les surfaces non occupées et disponibles à la location ou à la vente. Le taux de vacance est le rapport offre disponible/parc.


Les loyers  Loyer « prime » : Moyenne pondérée des 10 transactions les plus élevées en termes de valeurs locatives, recensées au cours des 6 derniers mois.


 Loyer facial : Le loyer facial correspond à la valeur figurant sur le bail acté entre les deux parties.


 Loyer économique : Le loyer économique correspond au loyer effectivement payé par le locataire, déduction faite des franchises et remises commerciales.


Les types de projets  Projet en gris


: Projet pour lequel l’ensemble des


démarches préalables au lancement de la construction est déjà réalisé (acquisition du foncier, études préparatoires, définition du projet, obtention du permis de construire purgé de tous les recours et, le cas échéant, des autres autorisations administratives nécessaires). Ne reste plus que la construction proprement dite, ce qui réduit considé- rablement le délai d’emménagement pour un utilisateur.


 Entrepôt en blanc : Bâtiment dont la construction est lan- cée sans qu’il ait été préalablement loué ou vendu.


 Clés-en-main : Bâtiment dont la construction est lancée avec un engagement définitif de l’utilisateur. (Sources : EOL & CBRE)


Bâtiment de 30.000 m2 à Dourges commercialisé par Tostain & Laffineur


Centre logistique Segro à Bondoufle Philippe Arfi,


Country Manager de Goodman France Le triple enjeu


des plates-formes logistiques


de la logistique ont sensible- ment évolué au cours des années. Nous sommes passés d’une logistique de « pousse palette » à une logistique à haute valeur ajoutée assu- rant de la préparation fine de commandes. Les entrepôts se doivent en conséquence d’être conçus avec plus d’in- telligence qu’auparavant. Les plates-formes logistiques que nous développons à présent sont les usines d’hier. Au-delà des enjeux économiques, la technologie et l’envi- ronnement deviennent des éléments clefs. En tant qu’in- vestisseur sur le long terme,


« Les enjeux économiques


nous avons le devoir de faire en sorte que nos actifs traversent les âges. Pour ce faire, il est nécessaire de les concevoir aux meilleurs standards technologiques actuels et de mesurer correctement leur impact envi- ronnemental (insertion de l’actif dans le paysage, durabilité, consommation, etc.) tout en restant prag- matique. L’intégration de ces facteurs dans la concep- tion d’une plate-forme favorise la fidélité du client. PROPOS RECUEILLIS PAR BRUNO SIGUICHE


»


Classification des entrepôts Hauteur


libre manœuvre Aire de Classe A > 9,30 m > 35 m > 5 T / m2


Classe B > 7,50 m > 27 m > 3 T / m2 Classe C < 7,50 m > 27 m > 3 T / m2 (Sources : EOL)


Résistance Equipements au sol


Chauffés, sprinklers


100 N°109  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - NOVEMBRE 2016


@TOSTAIN & LAFFINEUR


©GOODMAN


©GOODMAN


©SEGRO


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118