This page contains a Flash digital edition of a book.
REPRODUCTION INTERDITE


Le monde paysan


Dans les années 1950, les Beaussier, précurseurs encore, ont planté des pêchers, des pommiers, des pruniers et des cultures annuelles : fraisiers et melons commercialisés par VIVACOOP à Gros- pierres. Ils achètent leur premier tracteur en 1955. L’exploitation a été en plein essor jusqu’à la fin des années 1970 où elle disparaît en raison de la succession des crises agricoles. Les vergers, qui n’étaient plus rentables par rapport au travail prodigué, furent arrachés.


Marie-Magdeleine a eu une vie austère consacrée unique- ment au travail, vie qu’elle avait connue, jeune fille, sur la propriété de son père à Saint-Remèze. À l’heure des souvenirs, elle ne regrette rien car l’amour de la terre est ancré en elle, même si elle recom- mandait autrefois à ses filles de ne pas épouser un paysan. À l’heure où l’on ne parle plus que d’exploitants agricoles, elle fut l’une des dernières «paysannes» de Ruoms, dans toute la noblesse du terme.


L’ÉDUCATION DES VERS À SOIE


L’élevage des vers à soie (appelé «éducation» en Ardèche) était une activité en pleine expansion au XVIIIe


siècle. Il est attesté


à Ruoms par l’adjudication annuelle par la municipalité des feuilles de mûrier de la commune. Les Ruomsois se lancèrent alors dans cette spéculation agricole qui pouvait rapporter beaucoup d’ar- gent pour un travail très dur mais limité à quelques jours dans l’année. Dans les années 1778 à 1799, Badiou de la Tronchère était leveur de cocons à Labeaume, Auriolles, Saint-Alban, Sampzon, Grospierres, Berrias mais pas à Ruoms ( le leveur distribue la semence et ramasse les cocons). Son registre de comptes met en évidence la rapidité de l’essor dde la sériciculture. À Labeaume, par exemple, la récolte est de 200 livres de cocons en 1779, de 1200 livres en 1789 et de 1700 livres en 1791 pour une douzaine d’éducateurs (une livre équivaut à 416 g). La production s’effondre à partir de 1794 dans un contexte politique troublé et reprend avec une nette hausse des prix dans les années 1810. Le livre de comptes de Jean Lauriol de Ruoms met en évidence d’importantes transactions de «soye grise ou organsin, première qualité» à cette époque.


174


La sériciculture connaît son apogée en 1850. Un recen- sement sur la nature des cultures indique que tous les proprié- taires possèdent des terres à mûrier en 1873. La sériciculture apporte l’aisance, qui se lit dans l’architecture des grandes mai- sons, mais aussi un endettement sans fin. Elle va connaître les désastres de la pébrine qui détruit les élevages à partir de 1850 et l’irrémédiable décadence de cette activité due à la concurrence extrême-orientale. À plusieurs reprises, en 1879, 1880, 1890, le conseil municipal demande des mesures de protection contre l’im- portation de soies étrangères, «la sériciculture étant la seule cul- ture qui nous reste». À la foire de Joyeuse ou de Villeneuve-de- Berg, de nombreux valets de ferme venus des Cévennes se faisaient embaucher pour la saison des vers à soie. En signe de reconnais- sance, ils portaient la saquète (sac pour la cueillette des feuilles) sur l’épaule et l’enlevaient quand ils étaient embauchés. Dans les années 1930, l’institut d’Alès était venu faire des essais «d’élevage aux rameaux», pratique qui consiste à donner aux vers des branches entières et non seulement la feuille du mûrier.


Le changement devait intervenir à la dernière mue et l’écartement des tables était modifié, ce qui perturbait les habitudes car les «édu- cateurs» pratiquaient d’une façon traditionnelle et codifiée : portes fermées, peur du mauvais sort et des femmes ayant leurs règles… La famille de Paul Dupland fut la première à tenter l’élevage aux rameaux. Avec deux onces de graines (l’once pèse environ 33 grammes), elle obtenait 120 à 140 kilos de cocons (en 1941) ce qui était très honorable.


Ruoms était un important centre séricicole. Un marché aux cocons où les filateurs venaient se ravitailler directement se tenait deux fois par semaine place de la République au mois de juin avant la Guerre de 1914. Les chiffres de production ne sont connus que depuis 1892 grâce aux registres de distribution des primes : autour de 1900, 190 éducateurs sont comptabilisés avec une production qui se situe entre 20 000 et 24 000 kilos de cocons, nettement


Les mûriers


L'élevage des vers à soie nécessitait la culture des mûriers. Ils ont été plantés en grandes quantités depuis le XVIIIe


siècle en


bordure et au milieu des champs. Sur les cartes postales des années 1960 représentant des vues générales, on distingue aisé- ment des milliers de petits points noirs qui représentent les mûriers dont il ne reste plus aujourd’hui que quelques rescapés.


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120  |  Page 121  |  Page 122  |  Page 123  |  Page 124  |  Page 125  |  Page 126  |  Page 127  |  Page 128  |  Page 129  |  Page 130  |  Page 131  |  Page 132  |  Page 133  |  Page 134  |  Page 135  |  Page 136  |  Page 137  |  Page 138  |  Page 139  |  Page 140  |  Page 141  |  Page 142  |  Page 143  |  Page 144  |  Page 145  |  Page 146  |  Page 147  |  Page 148  |  Page 149  |  Page 150  |  Page 151  |  Page 152  |  Page 153  |  Page 154  |  Page 155  |  Page 156  |  Page 157  |  Page 158  |  Page 159  |  Page 160  |  Page 161  |  Page 162  |  Page 163  |  Page 164  |  Page 165  |  Page 166  |  Page 167  |  Page 168  |  Page 169  |  Page 170  |  Page 171  |  Page 172  |  Page 173  |  Page 174  |  Page 175  |  Page 176  |  Page 177  |  Page 178  |  Page 179  |  Page 180  |  Page 181  |  Page 182  |  Page 183  |  Page 184  |  Page 185  |  Page 186  |  Page 187  |  Page 188  |  Page 189  |  Page 190  |  Page 191  |  Page 192  |  Page 193  |  Page 194  |  Page 195  |  Page 196  |  Page 197  |  Page 198  |  Page 199  |  Page 200  |  Page 201  |  Page 202  |  Page 203  |  Page 204  |  Page 205  |  Page 206  |  Page 207  |  Page 208  |  Page 209  |  Page 210  |  Page 211  |  Page 212  |  Page 213  |  Page 214  |  Page 215  |  Page 216  |  Page 217  |  Page 218  |  Page 219  |  Page 220  |  Page 221  |  Page 222  |  Page 223  |  Page 224  |  Page 225  |  Page 226  |  Page 227  |  Page 228  |  Page 229  |  Page 230  |  Page 231  |  Page 232  |  Page 233  |  Page 234  |  Page 235  |  Page 236  |  Page 237  |  Page 238  |  Page 239  |  Page 240