This page contains a Flash digital edition of a book.
| 12 |


5 décembre 2013-13 février 2014 | le journal n°84


TRAJECTOIRES Départs à la retraite


JEAN-LOUIS CARPENTIER Professeur ordinaire Faculté de médecine, Dpt de physiologie cellulaire et métabolisme


Jean-Louis Carpentier obtient son Doctorat en médecine


à l’Université de Liège en 1972 et y poursuit sa carrière. Il arrive à Genève en 1974, où il entreprend des travaux de recherche dans le domaine de la biologie cellulaire, en particulier sur l’insuline et son interaction avec ses cellules cibles. Nommé privat-docent en 1988, professeur adjoint en 1989 et professeur ordinaire en 1996, Jean-Louis Carpentier occupera les fonctions de vice-doyen à la recherche (1999-2003) et de doyen (2003-2011) de la Faculté de médecine, activités entre autres marquées par le développement du partenariat avec les HUG. Jean-Louis Carpentier est membre de plusieurs fondations actives dans le domaine biomédical. Il préside les conseils de fondation de la Fondation Louis-Jeantet, de la Fondation pour la recherche médicale et du Fonds général de l’UNIGE. Il est également à l’origine de la création du Welcome Center, qui facilite l’installation des collaborateurs internationaux de l’UNIGE et des HUG. Jean-Louis Carpentier accède à la fonction de professeur honoraire.


MARCO PELIZZONE Professeur titulaire Faculté de médecine, Dpt des neurosciences cliniques


Marco Pelizzone a obtenu un diplôme de physicien et un Doctorat ès sciences à l’UNIGE.


Il commence son activité hospitalière en 1984 dans les services d’oto-rhino-laryngologie et d’opthtalmologie. En 1990, il accède au titre de privat-docent à la Faculté de médecine. Maître d’enseignement et de recherche dès 1993, il est largement impliqué dans l’enseignement et accède à la fonction de professeur titulaire en 2003. Le professeur Pelizzone mène des recherches pour développer des prothèses neurosensorielles, capables par stimulation électrique de restaurer une fonction sensorielle déficiente. Vice-président de la commission d’éthique du Département des neurosciences cliniques pendant dix ans, il s’est vu décerner, en 1996, le Prix Pfizer de la recherche clinique.


GIANRETO PINI


Chargé d’enseignement FPSE, Section des sciences de l’éducation


Chargé d’enseignement à la Faculté de psychologie et des sciences de l’éducation


depuis 1981, Gianreto Pini a eu la responsabilité de la formation à l’analyse statistique des données pour la recherche en éducation. Très apprécié par les étudiants, Gianreto Pini s’est notamment investi dans la consultation


méthodologique et statistique d’étudiants, de doctorants, d’assistants et de chercheurs. Membre du groupe de recherche Edumétrie de la Société suisse pour la recherche en éducation et collaborateur du Secteur développement et innovation pédagogiques au cycle d’orientation, il est l’auteur de nombreuses publications sur la qualité et la fiabilité de l’évaluation de la mesure en éducation et sur l’analyse des données de la recherche. Il a également contribué au développement de la théorie de la généralisibilité, un modèle statistique qui dépasse la psychométrie classique et qui permet de différencier les sources d’erreur de mesure.


CHRISTINE CHAPONNIER Professeure titulaire Faculté de médecine, Dpt de pathologie et immunologie


Christine Chaponnier a étudié la biochimie à la Faculté des sciences de l’UNIGE, où elle a


obtenu son diplôme en 1974, puis un doctorat en 1979. Assistante, puis maître-assistante au Dpt de pathologie de la Faculté de médecine, elle a effectué un stage post-doctoral de trois ans dans l’Unité d’hématologie et d’oncologie du Massachusetts General Hospital à Boston (USA). A son retour, Christine Chaponnier a été nommée maître d’enseignement et de recherche, privat-docent en 1998, puis a accédé à la fonction de professeure titulaire en 2005. Active dans l’enseignement portant sur la croissance et le vieillissement cellulaire, la professeure Chaponnier a aussi été responsable académique du Biostock au CMU. Ses travaux de recherche se sont inscrits dans le domaine du cytosquelette, des fibroses et des cicatrisations de plaie.


LAURENT ROUX


Professeur ordinaire Faculté de médecine, Dpt de microbiologie et médecine moléculaire


Laurent Roux a fait ses études à la Faculté des sciences de


l’UNIGE, où il obtient son diplôme en 1971 et son doctorat en 1976. Après une formation postdoctorale à l’Université de Californie San Diego (UCSD), il revient à Genève en tant que maître-assistant à la Division des maladies infectieuses. En 1982, il est nommé chargé de recherche au Département de microbiologie puis maître d’enseignement et de recherche. En 2000, il est nommé professeur adjoint puis professeur ordinaire en 2008. Il officie comme directeur du Département de 2004 à 2012. Ses recherches concernent principalement les virus respiratoires, avec une prédilection pour le virus de Sendaï. Fortement impliqué dans l’enseignement de la virologie, Laurent Roux est également convaincu de la nécessité de faire connaître au grand public les activités de recherche de l’Université. Depuis 1998, il organise les «Grands Soirs», une série annuelle de conférences publiques.


DANIEL LEW


Professeur ordinaire Faculté de médecine, Dpt de médecine interne des spécialités


Daniel Lew entreprend des études de biologie à la Hebrew University de Jérusalem


avant de rejoindre la Faculté de médecine de l’UNIGE, où il obtient son doctorat en 1976. Clinical and Research Fellow à Genève, puis au Massachussetts General Hospital et à la Harvard Medical School de Boston, il a pour principaux domaines de recherche la transduction des signaux des neutrophiles ainsi que le traitement et la prévention des infections à staphylocoques, notamment au niveau osseux. Chef du Service des maladies infectieuses des HUG dès 1986, Daniel Lew est nommé professeur ordinaire à la Faculté de médecine en 1989. Il a exercé pendant trois ans les fonctions de directeur du Département de médecine interne des spécialités. Il a également été président de la Société suisse d’infectiologie, président de l’European Union of Medical Specialists (Section Infectious Diseases), président de l’International Society of Infectious Diseases et vient d’être désigné membre du Sénat de l’Académie suisse des sciences médicales. Il a reçu de nombreuses récompenses, en particulier le Prix de la Fondation Max Cloëtta, et est docteur honoris causa de l’Université de Linköping (Suède). Daniel Lew accède à la fonction de professeur honoraire.


PAOLO MEDA


Professeur ordinaire Faculté de médecine, Dpt de physiologie et métabolisme


Paolo Meda achève des études de médecine en Belgique, avant de poursuivre sa


formation à l’Institut d’histologie de l’Université de Louvain, puis au Département d’anatomie de l’Université du Minnesota (Etats-Unis). En 1981, il rejoint le Département de morphologie de la Faculté de médecine de l’UNIGE, où il prodigue l’enseignement de l’histologie pendant des décennies, en menant une intense activité de recherche sur les mécanismes de sécrétion de l’insuline et la biologie des jonctions cellulaires du pancréas endocrine. Ses travaux donnent lieu à une importante série de publications et lui valent l’attribution du Prix Cloëtta en 1993. Le professeur Meda a contribué à élucider les problèmes du diabète de type 2, en décelant la protéine responsable de la régulation du taux d’insuline dans le sang et en créant une méthode d’analyse inédite permettant de tester l’efficacité de milliers de molécules dans la prévention du diabète. Paolo Meda a été nommé professeur ordinaire à la Faculté de médecine en 1998. Conseiller aux études de 1996 à 2002, il s’est beaucoup consacré aux étudiants et a été responsable des thèses de doctorat jusqu’en 2011.


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16