This page contains a Flash digital edition of a book.
D


La sidérurgie médiévale tion dans un domaine suédois, du monastère


es origines jusqu’à la fin du Haut Moyen Age, le fer n’est produit qu’en petites quantités, dans des bas fourneaux installés à proximité de la forêt et des sites ferrifères. Vers le XIIe


siè-


cle, l’accroissement démographique, les essartages et la mise en culture de nouvel- les terres nécessitent une production de métal plus importante. Certains ordres monastiques, dont celui de Cîteaux, sont à l’origine de cet essor. Très vite ils s’em- ploient à rechercher de nouvelles tech- niques pour amplifier la production, répon- dant ainsi à de nouveaux besoins. Le bas fourneau, utilisé jusqu’alors pour


« réduire » le minerai, est amélioré : sa taille augmente, son chargement est plus aisé et les souffleries se perfectionnent. Ces moyens fourneaux sont maçonnés en « dur », et pour ne pas perdre l’inertie de la chaleur, fonctionnent en continu pendant une grande partie de l’année. Leur implantation doit répondre à la trilogie « mine - forêt - eau ». Les mines, que l’on appelle « minières » ou « mineraie » à l’époque, sont à ciel ouvert ; l’ex- traction se fait à la belle saison. La forêt fournit le taillis que les charbon- niers transforment en charbon de bois. L’eau enfin, rivière ou étang artificiel, est utilisée pour laver le minerai, et sa force hydraulique actionne de nouveaux


du XIVe de Soroë. Le XIIIe


par Philippe de Saint-Wandrille siècle connaîtra l’âge


d’or de cette production sidérurgique. Ce procédé direct donne des fers doux d’une excellente qualité, très peu chargés en carbone, ou plus ou moins alliés selon les provenances, ductiles et malléables, se soudant très bien à chaud. Au XIVe


siècle,


les conflits et les épidémies de peste, ralen- tissent considérablement la production de métal; les grandes foires du royaume ne peuvent plus répondre à la demande ; les marchands doivent en importer, princi- palement du nord-ouest de l’Espagne (Pays Basque), de Catalogne, mais aussi d’Angleterre et d’Allemagne. A la fin du XIVe


siècle, apparaît le haut


fourneau; il semblerait que cette nouvelle technique ait vu le jour dans la Ruhr ou dans la région de Liège. Combinant les


Femme fabriquant des clous (miniature


siècle).


charbon de bois qui sont nécessaires provoquent des déboisements aux funestes conséquences….


Les métiers du fer au Moyen Age : forgerons, fèvres et serruriers Au Haut Moyen Age, les forgerons représentent une véritable caste; ce sont des artisans hors du commun, respectés, dotés de pouvoirs extraordinaires puisque capables de transformer de vulgaires cailloux rougeâtres… en lames d’épées, couteaux, outils divers. De leur production, il nous reste des armes exceptionnelles, quelques outils, mais bien peu d’éléments de serrurerie, quelques clefs, de la quin- caillerie et voilà tout. A partir du XIIe


siècle, de nombreux


artisans travaillant le fer viennent s’installer à proximité, et sous la protection de certains monastères, là où est produite la matière première qui leur est néces- saire. Il fabriquent l’outillage et tout ce qui est indispensable aux popula- tions de la région. Dans les bourgs et les cités, ils occupent une place importante, et se regroupent rapide- ment en confrérie, avec Saint-Eloi pour patron. Ces sociétés de « fèvres » travaillent différents métaux (aujourd’hui, il nous reste le terme d’orfèvre). Au XIIIe


siècle, les confréries se


structurent et se scindent en corpo- rations, régies par des statuts et une organisation plus stricts; elles défendent les intérêts de leurs artisans et surveillent la qualité de leurs ouvrages.


systèmes mécaniques nécessaires à la forge. Les fourneaux sont emplis en alternant des couches de charbon de bois et de mine- rai ; de la réduction de cette « masse » mise en combustion, et avec les moyens de souf- fleries de l’époque, on n’obtient pas une fusion de métal liquide, mais plutôt un magma, comme un éponge chargée de sco- ries et d’impuretés. Cette « loupe », tirée du creuset (partie inférieure du fourneau) doit être réchauffée, puis battue et rebattue afin de l’apurer et de la rendre homogène. Cette opération de « cinglage » s’effectue à bras d’hommes et après de multiples passes de chauffe et de travail on obtient un lingot de fer, plus ou moins important, que l’on appelle « lopin ». Dans un premier temps, c’est sous cette forme que le fer est vendu aux différents corps de métiers qui le tra- vaillent. Le cinglage manuel est une opéra- tion longue et pénible ; il semblerait que vers la fin du XIIe


siècle apparaisse le martinet1 hydraulique : un acte de 1197 en fait men-


mêmes éléments, minerai et charbon de bois, avec des souffleries mues maintenant par la force hydraulique, des évents et des tuyères perfectionnées, il réduit à des tempé- ratures bien supérieures. On n’obtient plus une loupe comme autrefois mais une fonte liquide de métal. Ces gueuses de fonte, très chargées en carbone (entre 2 et 5 %) sont inutilisables telles quelles. Il faut les « affiner » et les décarburer, pour obtenir un fer doux de qualité. Après de multiples pas- sages dans des fours d’affinage, portés aux limites de la fusion avec un apport d’air important et de nombreux cinglages au martinet, on obtiendra un fer commercialisé sous forme de lopins, ou semi-fini en barreaux de différentes sections. A l’extrême fin du XVe


siècle apparaissent


les premiers « laminoirs » et « fenderies », mus par la force hydraulique, la sidérurgie commence à s’industrialiser, les extrac- tions à ciel ouvert font place aux mines souterraines, et les énormes quantités de


A la demande du Roi Louis IX, Etienne Boileau, Prévost de Paris, rédigea vers 1260 le Livre des Métiers qui codifie les statuts des corporations. Parmi les arti- sans du fer, nous trouvons : - les fèvres maréchaux : qui ferrent les animaux de trait - les fèvres heaumiers (« helmiers ») : fabriquant armes et armures - les fèvres grossiers : travaillant unique- ment de grosses pièces : grilles, pentures… - les fèvres greiffiers : qui forgent ce qui est nécessaire aux renforts des maçonneries - les fèvres vrilliers : produisant de l’ou- tillage : vrilles, tarières, forets - les fèvres taillandiers : pour les outils tranchants - les fèvres serruriers : fabriquant serrures, clefs, verrous…


Cet aperçu succinct de la production et des métiers du fer nous permettra d’aborder le prochain article « Serrures et verrous ».


1. Martinet : Lourd marteau de forge dont le mouvement mécanique est actionné par un moulin hydraulique.


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120  |  Page 121  |  Page 122  |  Page 123  |  Page 124  |  Page 125  |  Page 126  |  Page 127  |  Page 128  |  Page 129  |  Page 130  |  Page 131  |  Page 132  |  Page 133  |  Page 134  |  Page 135  |  Page 136  |  Page 137  |  Page 138  |  Page 139  |  Page 140  |  Page 141  |  Page 142  |  Page 143  |  Page 144  |  Page 145  |  Page 146  |  Page 147  |  Page 148  |  Page 149  |  Page 150  |  Page 151  |  Page 152  |  Page 153  |  Page 154  |  Page 155  |  Page 156  |  Page 157  |  Page 158  |  Page 159  |  Page 160  |  Page 161  |  Page 162  |  Page 163  |  Page 164  |  Page 165  |  Page 166  |  Page 167  |  Page 168  |  Page 169  |  Page 170  |  Page 171  |  Page 172  |  Page 173  |  Page 174  |  Page 175  |  Page 176  |  Page 177  |  Page 178  |  Page 179  |  Page 180  |  Page 181  |  Page 182  |  Page 183  |  Page 184  |  Page 185  |  Page 186  |  Page 187  |  Page 188  |  Page 189  |  Page 190  |  Page 191  |  Page 192  |  Page 193  |  Page 194  |  Page 195  |  Page 196  |  Page 197  |  Page 198  |  Page 199  |  Page 200  |  Page 201  |  Page 202  |  Page 203  |  Page 204  |  Page 205  |  Page 206  |  Page 207  |  Page 208  |  Page 209  |  Page 210  |  Page 211  |  Page 212  |  Page 213  |  Page 214  |  Page 215  |  Page 216  |  Page 217  |  Page 218  |  Page 219  |  Page 220  |  Page 221  |  Page 222  |  Page 223  |  Page 224  |  Page 225  |  Page 226  |  Page 227  |  Page 228  |  Page 229  |  Page 230  |  Page 231  |  Page 232  |  Page 233  |  Page 234  |  Page 235  |  Page 236  |  Page 237  |  Page 238  |  Page 239  |  Page 240  |  Page 241  |  Page 242  |  Page 243  |  Page 244  |  Page 245  |  Page 246  |  Page 247  |  Page 248  |  Page 249  |  Page 250  |  Page 251  |  Page 252  |  Page 253  |  Page 254  |  Page 255  |  Page 256  |  Page 257  |  Page 258  |  Page 259  |  Page 260  |  Page 261  |  Page 262  |  Page 263  |  Page 264  |  Page 265  |  Page 266  |  Page 267  |  Page 268  |  Page 269  |  Page 270  |  Page 271  |  Page 272  |  Page 273  |  Page 274  |  Page 275  |  Page 276  |  Page 277  |  Page 278  |  Page 279  |  Page 280  |  Page 281  |  Page 282  |  Page 283  |  Page 284  |  Page 285  |  Page 286  |  Page 287  |  Page 288  |  Page 289  |  Page 290  |  Page 291  |  Page 292  |  Page 293  |  Page 294  |  Page 295  |  Page 296  |  Page 297  |  Page 298  |  Page 299  |  Page 300  |  Page 301  |  Page 302  |  Page 303  |  Page 304  |  Page 305  |  Page 306  |  Page 307  |  Page 308  |  Page 309  |  Page 310  |  Page 311  |  Page 312  |  Page 313  |  Page 314  |  Page 315  |  Page 316  |  Page 317  |  Page 318  |  Page 319  |  Page 320  |  Page 321  |  Page 322  |  Page 323  |  Page 324  |  Page 325  |  Page 326  |  Page 327  |  Page 328  |  Page 329  |  Page 330  |  Page 331  |  Page 332  |  Page 333  |  Page 334  |  Page 335  |  Page 336  |  Page 337  |  Page 338  |  Page 339  |  Page 340  |  Page 341  |  Page 342  |  Page 343  |  Page 344  |  Page 345  |  Page 346  |  Page 347  |  Page 348  |  Page 349  |  Page 350  |  Page 351  |  Page 352  |  Page 353  |  Page 354  |  Page 355  |  Page 356  |  Page 357  |  Page 358  |  Page 359  |  Page 360