This page contains a Flash digital edition of a book.
Gens de Maignaut et du Tauzia au XVIIIe Suite et... à suivre


L’emban, « où on ensevelit ordinairement les enfans »


L’emban est ce porche à demi-ouvert, adossé au mur des églises gersoises, où se tenaient généralement les réunions de la communauté. Henri Polge note dans une étude qu’il sert fréquemment de lieu d’inhumation4


siècle


. Les registres paroissiaux de Maignaut et d’Auloue révèlent qu’on y enterre les petits enfants. Marie Laurens, âgée d’environ 7 ans, décédée le 4 septembre 1696, est inhumée « devant l’église de Maignaut soubs l’auban où on ensevelit ordinairem(en)t les enfans ». Quelques jours plus tard, Joseph Haché, mort au même âge, est inhumé « sous l’auban de l’église ». Une autre inhumation sous l’emban est signalée une quarantaine d’années plus tard : Catherine Canterac, morte à 4 ans et 2 mois en 1739, est ensevelie « soubs le porche de l’église ». Même pratique à Auloue où Jeanne Bajole, morte à 3 ans à Augé, est inhumée « sous le porche de l’église » le 16 août 1776. On sait que l’assemblée des habitants se réunissait généralement sous l’emban de l’église (le fait est souvent attesté à Maignaut). La proximité des vivants et des morts n’aurait pas pu être plus grande.


Le sonneur de cloches Les registres font apparaître un personnage dont la fonction est importante dans la vie des paroisses : le sonneur de cloches. On le trouve mentionné de temps en temps dans les actes. Dommenges Aché, dit Melet, est présent comme sonneur de cloches au baptême de Guillaume Florensan le 25 janvier 1702. Son nom revient fréquemment dans les actes jusqu’en 1704, sans qu’il soit qualifié de sonneur, mais c’est sans doute à ce titre qu’il assiste aux baptêmes et aux enterrements de l’église de Maignaut. On trouve surtout représentés deux noms de famille : les Ladouix (ou Ladouch) et les Marestan (ou Marestaing). Pierre Marestaing est mentionné comme sonneur en 1695, Arnaud Ladouix à partir de 1697. Après eux, on trouve d’autres Ladouix et d’autres Marestan dans la fonction tout au long du XVIIIe


siècle. Laurent Marestan, mentionné


comme sonneur de cloches de l’église d’Auloue en 1754, semble déjà exercer cette fonction en 1743. C’est probablement le fils de Pierre et le père de Jean Pierre, mentionné comme sonneur en 17755


.


Jean Ladouix est mentionné en 1743 et 1752. Il est aussi tailleur, ce qui indique que sa fonction de sonneur ne l’empêche pas d’exercer un métier. Guillaume Ladouch, probablement son fils, est mentionné en 1777 et 1784, et François Ladouch en 1775. Chaque église a son sonneur de cloches et il semble qu’on se succède souvent de père en fils dans la fonction.


Jean Boyer, « maître ès arts en peinture » On trouve dans les registres de Maignaut la mention assez rare d’un artiste de profession, plus précisément un peintre. Jean (ou Jean-Baptiste) Boyer, qui vit à la Salle de Meric (aujourd’hui Lassalle) dans la première moitié du XVIIIe


siècle, est qualifié de « peintre » dans l’acte de baptême de sa nièce,


Anne Boyer (21 avril 1722), et dans de nombreux actes ultérieurs. Ce n’est pas un simple tâcheron : dans son testament du 24 avril 1731, il est précisé qu’il est « m(aîtr)e ès arts en peinture »6


. Il meurt le 26 octobre 1747, à 73 ans. Malade,


il avait dicté quelques jours avant un nouveau testament. Il est enterré le 27 octobre « dans lesglise dud(it) Maignaud et tombeau de ses ensestres », comme il le souhaitait. Nous ne savons rien sur son activité. Peut-être travaillait- il pour les églises de la région, qui ont dû commander de nombreux tableaux et autres œuvres à des peintres pour la décoration des sanctuaires.


Le débordement des rivières Aujourd’hui, on traverse l’Auloue ou la Gèle sans s’en apercevoir (sauf circonstances exceptionnelles comme en 1977). Ce n’était pas le cas au XVIIIe


siècle et les crues rendaient souvent les communications difficiles.


On en trouve deux exemples dans les registres paroissiaux de Maignaut. Jean Boyer, dont les parents habitent la métairie du Tauzia, appartenant à la paroisse d’Auloue, est baptisé « dans l’église du présent lieu [de Maignaut] à cause de l’inondation des eaux » le 28 novembre 1706. Le 21 juin 1726, Joseph Dubedat, « des métairies d’Aueron parroisse de Bertin » est baptisé à Maignaut « à cause de l’inondation des rivières ». Il est difficile de comprendre aujourd’hui ce qui empêchait le curé de se rendre de Maignaut à Auloue, aucune vallée ne séparant les deux églises. En revanche, on comprend mieux l’impossibilité pour le vicaire de Valence de se rendre à l’église de Bertin, puisqu’il lui fallait traverser l’Auloue. Rappelons qu’on baptisait l’enfant en général le lendemain de la naissance, sinon le jour même. Pas question d’attendre la décrue !


Ces quelques notes donnent une idée de la richesse des registres paroissiaux pour l’histoire locale. Le dépouillement exhaustif en cours des registres de Maignaut, Auloue et Bertin permettra de présenter une étude plus complète de la population des trois paroisses.


6


L’église interdite Le registre des sépultures de Maignaut de 1743 indique à la date du 1er août que Barthélémie Canterac, une enfant morte à 15 jours, a dû être enterrée au cimetière et non dans l’église, celle-ci « étant interdite faute de lambris et autres réparations ». L’édifice était donc en mauvais état et la fabrique – à moins que ce ne soit de la responsabilité de la communauté – devait traîner des pieds pour faire les réparations. L’église avait donc été « interdite » par l’évêque. On n’y célèbrerait plus les offices tant que les réparations ne seraient pas faites. En attendant, les habitants étaient obligés de se rendre dans les églises voisines pour assister aux offices. La décision « d’interdire » une église n’était pas rare au XVIIIe


siècle.


Elle visait « à faire pression sur l’admi - nistration civile et sur les fidèles pour obtenir les restaurations nécessaires aux lieux de culte, création ou transfert de cimetière ou autres exigences7


». Sources


Arch. départ. du Gers, 5 MI 139, 202 et 208 (registres paroissiaux de Maignaut, Auloue et Bertin). Merci à Jean Paul Lelu pour son aide


1- Tant que les baptêmes et les sépultures figurent sur les mêmes registres.


2- Lecture incertaine.


3- Le bord et un coin de la page sont coupés ou rongés. 4- H. Polge, Origines, fonctions et destinées de l’emban des églises rurales du Gers, Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Gers, T. 59, 1958, p. 217-223.


5- Les filiations sont attestées par les actes, sous réserve d’homonymie.


6- A.D. Gers, 3 E 2592.


7- Georges Courtès, Interdits d’églises et de cimetières dans la région de Saint-Clar, B S.A.G., T. 106, 2005, p. 212-232.


©Fotolia


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120  |  Page 121  |  Page 122  |  Page 123  |  Page 124  |  Page 125  |  Page 126  |  Page 127  |  Page 128  |  Page 129  |  Page 130  |  Page 131  |  Page 132  |  Page 133  |  Page 134  |  Page 135  |  Page 136  |  Page 137  |  Page 138  |  Page 139  |  Page 140  |  Page 141  |  Page 142  |  Page 143  |  Page 144  |  Page 145  |  Page 146  |  Page 147  |  Page 148  |  Page 149  |  Page 150  |  Page 151  |  Page 152  |  Page 153  |  Page 154  |  Page 155  |  Page 156  |  Page 157  |  Page 158  |  Page 159  |  Page 160  |  Page 161  |  Page 162  |  Page 163  |  Page 164  |  Page 165  |  Page 166  |  Page 167  |  Page 168  |  Page 169  |  Page 170  |  Page 171  |  Page 172  |  Page 173  |  Page 174  |  Page 175  |  Page 176  |  Page 177  |  Page 178  |  Page 179  |  Page 180  |  Page 181  |  Page 182  |  Page 183  |  Page 184  |  Page 185  |  Page 186  |  Page 187  |  Page 188  |  Page 189  |  Page 190  |  Page 191  |  Page 192  |  Page 193  |  Page 194  |  Page 195  |  Page 196  |  Page 197  |  Page 198  |  Page 199  |  Page 200  |  Page 201  |  Page 202  |  Page 203  |  Page 204  |  Page 205  |  Page 206  |  Page 207  |  Page 208  |  Page 209  |  Page 210  |  Page 211  |  Page 212  |  Page 213  |  Page 214  |  Page 215  |  Page 216  |  Page 217  |  Page 218  |  Page 219  |  Page 220  |  Page 221  |  Page 222  |  Page 223  |  Page 224  |  Page 225  |  Page 226  |  Page 227  |  Page 228  |  Page 229  |  Page 230  |  Page 231  |  Page 232  |  Page 233  |  Page 234  |  Page 235  |  Page 236  |  Page 237  |  Page 238  |  Page 239  |  Page 240  |  Page 241  |  Page 242  |  Page 243  |  Page 244  |  Page 245  |  Page 246  |  Page 247  |  Page 248  |  Page 249  |  Page 250  |  Page 251  |  Page 252  |  Page 253  |  Page 254  |  Page 255  |  Page 256  |  Page 257  |  Page 258  |  Page 259  |  Page 260  |  Page 261  |  Page 262  |  Page 263  |  Page 264  |  Page 265  |  Page 266  |  Page 267  |  Page 268  |  Page 269  |  Page 270  |  Page 271  |  Page 272  |  Page 273  |  Page 274  |  Page 275  |  Page 276  |  Page 277  |  Page 278  |  Page 279  |  Page 280  |  Page 281  |  Page 282  |  Page 283  |  Page 284  |  Page 285  |  Page 286  |  Page 287  |  Page 288  |  Page 289  |  Page 290  |  Page 291  |  Page 292  |  Page 293  |  Page 294  |  Page 295  |  Page 296  |  Page 297  |  Page 298  |  Page 299  |  Page 300  |  Page 301  |  Page 302  |  Page 303  |  Page 304  |  Page 305  |  Page 306  |  Page 307  |  Page 308  |  Page 309  |  Page 310  |  Page 311  |  Page 312  |  Page 313  |  Page 314  |  Page 315  |  Page 316  |  Page 317  |  Page 318  |  Page 319  |  Page 320  |  Page 321  |  Page 322  |  Page 323  |  Page 324  |  Page 325  |  Page 326  |  Page 327  |  Page 328  |  Page 329  |  Page 330  |  Page 331  |  Page 332  |  Page 333  |  Page 334  |  Page 335  |  Page 336  |  Page 337  |  Page 338  |  Page 339  |  Page 340  |  Page 341  |  Page 342  |  Page 343  |  Page 344  |  Page 345  |  Page 346  |  Page 347  |  Page 348  |  Page 349  |  Page 350  |  Page 351  |  Page 352  |  Page 353  |  Page 354  |  Page 355  |  Page 356  |  Page 357  |  Page 358  |  Page 359  |  Page 360