This page contains a Flash digital edition of a book.
zia au XVIIIe Par Bertrand Boquien


Une mortalité infantile impressionnante


La mortalité infantile est impressionnante. Sur environ 270 décès relevés dans les registres de sépultures, 120 (45 %) concernent des enfants âgés au maximum de 5 ans « ou environ » selon l’expression en usage. Et 47 d’entre eux sont morts sans avoir dépassé un an « ou environ ». Combien d’actes de baptêmes sont suivis immédiatement de la mention de la sépulture du baptisé, porté en terre quelques jours après sa naissance1


! Souvent, un nouvel enfant remplace l’enfant mort dès


l’année suivante. Cette mortalité revêt dans certaines familles des proportions dramatiques. Prenons Jeanne Peyrecave. Veuve de Jeannet Aché (nous ignorons si elle en a des enfants), elle épouse le 14 juillet 1700 Jean Florensan, du Mas-Fimarcon (aujourd’hui Le Mas d’Auvignon). Jean vient vivre à Maignaut, au village. Une fille, Marie, naît quelques mois plus tard. Elle meurt à 4 mois. Un fils, Guillaume naît le 23 janvier 1702, 9 mois après la mort de sa sœur. Il meurt à son tour, à 4 mois et demi. Un autre fils, Jean, naît le 20 mars 1703. Il meurt à 18 mois le 10 septembre 1704. Entre temps, Jeanne Peyrecave est morte le 27 juin, à 45 ans, et Jean Florensan s’est remarié dès le mois d’août, avec Jeanne Lapeyre. Un fils, Alexis, naît le 21 novembre de l’année suivante de ce second mariage. Il ne vit que huit jours. « Le susd(it) Allexis Floren - san décéda le 29 9bre


» note le curé juste après


Traces de la charpente de l'ancienne église de Maignaut sur le mur du château.


l’acte de baptême. Les 4 enfants de Jean Florensan sont donc tous morts avant 18 mois. La collection des registres s’interrompant après 1707, on ignore s’il y eut d’autres enfants et s’ils vécurent.


Des morts inhabituelles La cause de la mort est rarement indiquée. Le curé la mentionne lorsqu’elle revêt un caractère exceptionnel, et particulièrement si la mort est survenue sans qu’il soit possible d’administrer les sacrements. C’est le cas avec Jean Vivès, de Labère, « décédé subitement » le 30 août 1747 à 75 ans. Ou avec Bernade Druillet, du Canonge, dans la paroisse d’Auloue, morte le 7 septembre 1699, « estant [sujete du]2


mal caduc » et


« ensevelie le 8 au cimetière d’Auloue ». Le « mal caduc », appelé aussi le « haut mal », c’est l’épilepsie.


Le curé Druillet s’étend aussi lon - guement sur la mort accidentelle survenue en août 1724 d’un jeune homme « estranger du diocèse de Tarbes àgé de vint ans ou environ, (…) bon catholique » qui se tua d’un coup porté à la cuisse avec son arme. Arme blanche ? Pistolet ? Les lacunes de l’acte ne permettent pas de le dire3


siècle Le bassin de Notre-Dame d’Auloue


Les actes de baptême révèlent l’existence à Maignaut et Auloue d’une confrérie consacrée à Notre- Dame d’Auloue. Voici Marie Cailleau, née le 15 septembre 1723, baptisée le lendemain. Son acte de baptême indique qu’elle « a esté offerte au bassin de Notre Dame et tenue aux fons baptismaux par Marie Capuron prieure du dit bassin ». De nombreux actes indiquent que le nouveau-né a été ainsi « offert au bassin de Notre- Dame ». Le terme « bassin » désigne à l’origine le récipient dans lequel les confréries et autres associations pieuses récoltaient les aumônes, au profit de leurs œuvres spirituelles ou de leurs œuvres de charité. Par extension, il a fini par désigner l’association elle-même. L’objet de cette confrérie était sans doute la dévotion à la Vierge, à laquelle était vouée l’église d’Auloue. Elle avait à sa tête une « prieure », titre honorifique. Les enfants voués au bassin de Notre-Dame sont tenus sur les fonds baptismaux par une « marguillière », ou par la « prieure », plus rarement par un « marguillier ». Les termes de « marguillière » et « marguillier » ne désignent pas ici les marguilliers de la paroisse, qui ont la charge de son administration et de l’entretien de l’église, mais les membres de la confrérie, qui semble être une association surtout féminine.


.


Il y eut une enquête (« verbal et information »), avant l’inhumation au cimetière d’Auloue le 8 août, « l’accident funeste étant arrivé à Couilleu en la d(ite) parroisse ».


Nés de père inconnu Les registres signalent très peu de naissances illégitimes. Deux seulement ont été retrouvées sur plus de 300 actes de baptême dépouillés. Le 9 octobre 1743, le curé baptise à Maignaut Clere (Claire) Bajole « fille illégitime à Marie Bajole, le père n’étant pas connu ». La petite fille est tenue sur les fonds baptismaux par Clere Canterac, femme de Louis Bonel, le cordonnier du village. Le 16 mai 1778, le curé baptise sous condition « une fille envoyée de Condom dont le père et la mère sont inconnus, à laquelle nous avons donné le prénom de Marie ». « La susdite enfant, ajoute le curé, m’a paru âgée de six à sept jours ». La marraine se nomme Guillemette, « épouse du nommé Brin ». La petite fille a sans doute été confiée à ce couple, qui habite Maignaut, mais sur lequel nous n’avons aucune indication. On peut imaginer une grossesse scandaleuse, et un enfant discrètement abandonnée à une famille de la campagne. La petite inconnue mourra à trois ans er demi. Les registres indiquent à la date du 1er octobre 1781 la sépulture de cette Marie, « fille bâtarde (…) décédée chez la dénom - mée Brin ». On ne sait rien non plus de cet enfant baptisé à Maignaut le 29 juillet 1741, « dont le père et la mère sont incon - nus, auquel on a donné le nom de Jean ».


L'église (aujourd'hui chapelle) Notre-Dame d'Auloue.


5


©Boquien


©Fotolia


©Boquien


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120  |  Page 121  |  Page 122  |  Page 123  |  Page 124  |  Page 125  |  Page 126  |  Page 127  |  Page 128  |  Page 129  |  Page 130  |  Page 131  |  Page 132  |  Page 133  |  Page 134  |  Page 135  |  Page 136  |  Page 137  |  Page 138  |  Page 139  |  Page 140  |  Page 141  |  Page 142  |  Page 143  |  Page 144  |  Page 145  |  Page 146  |  Page 147  |  Page 148  |  Page 149  |  Page 150  |  Page 151  |  Page 152  |  Page 153  |  Page 154  |  Page 155  |  Page 156  |  Page 157  |  Page 158  |  Page 159  |  Page 160  |  Page 161  |  Page 162  |  Page 163  |  Page 164  |  Page 165  |  Page 166  |  Page 167  |  Page 168  |  Page 169  |  Page 170  |  Page 171  |  Page 172  |  Page 173  |  Page 174  |  Page 175  |  Page 176  |  Page 177  |  Page 178  |  Page 179  |  Page 180  |  Page 181  |  Page 182  |  Page 183  |  Page 184  |  Page 185  |  Page 186  |  Page 187  |  Page 188  |  Page 189  |  Page 190  |  Page 191  |  Page 192  |  Page 193  |  Page 194  |  Page 195  |  Page 196  |  Page 197  |  Page 198  |  Page 199  |  Page 200  |  Page 201  |  Page 202  |  Page 203  |  Page 204  |  Page 205  |  Page 206  |  Page 207  |  Page 208  |  Page 209  |  Page 210  |  Page 211  |  Page 212  |  Page 213  |  Page 214  |  Page 215  |  Page 216  |  Page 217  |  Page 218  |  Page 219  |  Page 220  |  Page 221  |  Page 222  |  Page 223  |  Page 224  |  Page 225  |  Page 226  |  Page 227  |  Page 228  |  Page 229  |  Page 230  |  Page 231  |  Page 232  |  Page 233  |  Page 234  |  Page 235  |  Page 236  |  Page 237  |  Page 238  |  Page 239  |  Page 240  |  Page 241  |  Page 242  |  Page 243  |  Page 244  |  Page 245  |  Page 246  |  Page 247  |  Page 248  |  Page 249  |  Page 250  |  Page 251  |  Page 252  |  Page 253  |  Page 254  |  Page 255  |  Page 256  |  Page 257  |  Page 258  |  Page 259  |  Page 260  |  Page 261  |  Page 262  |  Page 263  |  Page 264  |  Page 265  |  Page 266  |  Page 267  |  Page 268  |  Page 269  |  Page 270  |  Page 271  |  Page 272  |  Page 273  |  Page 274  |  Page 275  |  Page 276  |  Page 277  |  Page 278  |  Page 279  |  Page 280  |  Page 281  |  Page 282  |  Page 283  |  Page 284  |  Page 285  |  Page 286  |  Page 287  |  Page 288  |  Page 289  |  Page 290  |  Page 291  |  Page 292  |  Page 293  |  Page 294  |  Page 295  |  Page 296  |  Page 297  |  Page 298  |  Page 299  |  Page 300  |  Page 301  |  Page 302  |  Page 303  |  Page 304  |  Page 305  |  Page 306  |  Page 307  |  Page 308  |  Page 309  |  Page 310  |  Page 311  |  Page 312  |  Page 313  |  Page 314  |  Page 315  |  Page 316  |  Page 317  |  Page 318  |  Page 319  |  Page 320  |  Page 321  |  Page 322  |  Page 323  |  Page 324  |  Page 325  |  Page 326  |  Page 327  |  Page 328  |  Page 329  |  Page 330  |  Page 331  |  Page 332  |  Page 333  |  Page 334  |  Page 335  |  Page 336  |  Page 337  |  Page 338  |  Page 339  |  Page 340  |  Page 341  |  Page 342  |  Page 343  |  Page 344  |  Page 345  |  Page 346  |  Page 347  |  Page 348  |  Page 349  |  Page 350  |  Page 351  |  Page 352  |  Page 353  |  Page 354  |  Page 355  |  Page 356  |  Page 357  |  Page 358  |  Page 359  |  Page 360