This page contains a Flash digital edition of a book.
Trois siècles de MAIGNAUT En 2013, on célébrera le 330e anniver-


saire, en chiffres ronds, de la nais- sance de Jean Maignaut quelque part autour de Lectoure en Lomagne.


Il est donc né à la fin du XVIIe siècle,


sujet de Sa Majesté Louis XIV. Un siècle plus tard, le 19 avril 1793, Jean-Baptiste, son premier arrière petit-fils, faisait son entrée tête haute, dans un monde que, trois mois auparavant, Louis le Seizième venait de quitter tête basse. Un siècle plus tard, toujours en chiffres ronds, Joseph Emile mon grand père, fêtait sa majorité et partait faire son service militaire et, quelques années après, participait à la première guerre mondiale au volant d’un camion, car il savait déjà conduire une automobile. Quelle accélération ! Il est difficile de remonter plus loin en arrière : la majorité des registres paroissiaux ne couvre que jusqu’au début du XVIIe


siècle. Un patronyme fluctuant


Le patronyme Maignaut bien que parfois écrit tel quel au XVIIIe


s’est vu souvent galvaudé en


Magnaud, Magnaut, Magniaut, Magneaut, Magnehaut même, suivant l’humeur et l’oreille des curés qui géraient les registres paroissiaux et qui n’étaient préoccupés que par le Rituel et le comportement de leurs ouailles : un bon parois- sien n’était pas nécessairement celui le plus assidu aux offices, mais celui le plus obéissant, et soumis aux règles de la Société sous l’Ancien Régime : un bon tiers pour le Roy, un autre tiers pour son seigneur et un troisième pour le clergé, le quatrième, il pouvait le garder et rêver au pain blanc du Paradis promis par le curé en échange de sa docilité. Merci Marcel Pagnol En 1745 toute la famille originelle est installée dans la métairie de Laforgue, puis vers 1760 passe à Saint Joan et vers 1770 à Lartigue, ils sont tous « clients » de la paroisse du Saint Esprit où l’on retrouve la totalité des actes qui les concernent. Une nombreuse progéniture s’ensuivra, mais c’est la dure loi de l’époque : un enfant sur deux au mieux, peut espérer atteindre l’âge adulte.


8 ● MAIGNAUT PASSION Info ● N°43


Des Maignaut grands voyageurs A l’aube du XIXe


siècle, trois familles de


Maignaut se sont aventurées sur l’axe Lectoure- Condom notamment vers Saint-Puy et Valence, certains de leurs descendants sont restés sur place et d’autres sont allés s’établir en Provence. J’ai dans mes recherches, établi une communauté d’ascendance avec Jeanne Maignaut de Béraut qui était la tante de Jean Salaün qui milite avec moi au sein de Maignaut Passion : le couple Jean Maignaut et Marie Malambic mariés vers 1715-1720 est notre dénominateur commun. Vers 1800, un arrière petit-fils, Géraut (Gerald, Gérard suivant les actes) né à Lectoure en 1773, s’installe à la Grangette à Saint-Puy avec son père, et épouse en 1807 Anne Goudoulin de Pouy-Petit. De cette union naîtra la dynastie des Maignaut de Béraut qui règnera sur la Saruille pendant près d’un siècle. Quelques années après, Jean-Baptiste, son cousin, issu de Lectoure lui aussi, réside également à Saint-Puy avec son père (un Géraud aussi) et va épouser au Mas d’Auvi- gnon une demoiselle Peyronnil. Et le troisième larron ? C’est le frère de Jean-Baptiste, Joseph, de Lectoure encore, né républicain, le 14 Nivôse de l’an IV, je ne l’ai pas encore bien cerné, mais il n’a pas dû tarder à rejoindre frère et cousin, car il déclare en 1836 à Beaucaire, un fils, Jean, qui se mariera en 1868 à Maignaut-Tauzia. Cette dernière branche va s’éparpiller sur Ampeils, Bezolles, Saint-Puy et Valence avant de partir après 1918 vers Avignon. La suite est connue.


Les Maignaut ont toujours eu une légère tendance à brouiller les pistes, en 1745 et 1755 deux frères ont épousé deux demoiselles Mességué qui bien que de familles différentes portaient le même pré- nom : Jeanne, et plus tard, deux autres, ceux nou- vellement installés vers Saint-Puy, épouseront deux Marie Peyronnil de Saint-Mézard. A vous donner le tournis !


Mais pourquoi les Maignaut viennent-ils du cœur de la Lomagne ?


Ceci est une autre histoire, je la conterai plus tard. ■ Jean-Louis Maignaut


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16