This page contains a Flash digital edition of a book.
1. Epandage aérien de pesticides


En France et en Gascogne 3. Poulet végétal : le marché s’effondre


Par Chantal Fauché


Alors qu’une directive euro- péenne du 21 octobre 2009 interdit l’épandage de pesti- cides par voie aérienne. une circulaire du ministère de l’agriculture du 5 mars 2012 introduit de nombreuses exceptions à cette interdiction d’épandage aérien, ouvrant la voie à une pratique de dérogations organisées.


Le Gers est directement concerné : des dérogations sont demandées par trois sociétés touchant plus de 2000 hectares de maïs situés sur 45 communes. ■


2. Gaz de schiste


En France, 94 demandes de permis d’exploitation ont été déposées dont deux dans le Gers – Beaumont-de- Lomagne et Mirande. Deux sites d’information : http://www.deleaudanslegaz.com http://nonaugazdeschiste32.org


Les technologies employées pour l’exploitation, notamment la fracturation hydraulique posent de sérieux problèmes. Ces technologies sont des technologies primitives. Elles ne sont plus utilisées dans cet univers que par des êtres à la traîne de l’évolution. Il serait bien plus judicieux de porter notre attention sur des solutions alternatives comme l’Energie Libre. illimitée, non polluante, gratuite et disponible pour tous. ■


Est-ce parce que nous n’en mangeons plus ? La filière est en difficulté : Doux, le numéro 1 européen est le premier à déposer le bilan. Il faut dire que le poulet industriel, un animal sélec- tionné génétiquement, maltraité de son vivant, passé, une fois abattu, à la machine à laver d’où il ressort gorgé d’eau, gluant et visqueux coupe l’appétit à beaucoup d’entre nous qui préférent maintenant s’orienter vers une viande de qualité (Label ou Bio) et locale. En outre, la question du bien-être animal et de la santé sont maintenant importants aux yeux du consommateur. ■


Le Gers de plus en plus « bio »


Depuis une décennie environ, le Gers s’est engagé dans une démarche de qualité tant au niveau de la production que de la transformation.


La filière Bio s’inscrit donc tout natu- rellement dans cette démarche col- lective à laquelle participent tous les acteurs importants. Le Conseil géné- ral souhaite contribuer au dévelop- pement d’une agriculture durable et de qualité et au maintien d’une agri- culture paysanne. La Chambre de Commerce et de l’Industrie (CCI) aide


des transformateurs à s’installer en bio. Et un concours : « Le bio est dans le Gers » avec 30 000 euros de dotations au total est en cours (www.le-bio-est-dans-le-gers.fr). Pour suivre cette essor, la production locale bio s’organise pour pou- voir fournir aux transformateurs les matières premières dont ils ont besoin. Une belle opportunité pour l’agriculture paysanne gersoise et pour les consommateurs. ■


Vu dans le « Canard Enchaîné »


« Poulet de batterie », « poulet végétal », « poulet cadavre » sont les différentes appellations du poulet industriel. Il existe aussi le « poulet minerai » produit au Brésil, « le bas de gamme du gallinacé industriel . La matière première des nuggets et autres cordons bleus et merguez renvoyée sous forme de filets congelés en Europe au rythme de trois cargos pleins tous les quinze jours ». ■


Du silicone dans nos assiettes L’additif alimentaire E900 connu aussi sous l’appellation Diméthyl- polysiloxane, Diméthylpolysilox, Diméthicone. est le même silicone que celui employé dans les prothèses mammaires. Alors ne mangez jamais un aliment qui contient un ingrédient dont vous ne pouvez pas prononcer le nom ! ■


« Si vous pensez être trop petit pour changer les choses, passer une nuit avec un moustique, vous verrez lequel des deux empêchera l’autre de dormir ! » Le Dalaï Lama


N°42 ● MAIGNAUT PASSION Info ● 15


©DDRAW-FOTOLIA


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16