This page contains a Flash digital edition of a book.
Propositions pour la place du village La nouvelle place du village, achevée


à l’automne 2011, a été inaugurée le 5 février 2012. Tout n’est pas terminé pour autant. Avec quelques mois de recul, on peut mieux juger des imperfections et proposer des améliorations.


Repenser le revêtement de la rue qui traverse le village. C’est désor- mais avéré, le calcaire compressé ne résiste pas à la circulation des voitures. Les premières ornières ont été rebouchées et les sui- vantes se creusent déjà. Par temps sec, les véhicules soulèvent des nuages d’une fine poussière blanche qui pollue les habitations voisines. Le remède est simple : prolonger le revêtement de béton désactivé depuis les sections entrée/sortie et la montée vers le cimetière qui en sont déjà pourvues. Peut- être coûteux mais à défaut de rectifier cette erreur de conception, les réparations seront fréquentes.


Matérialiser le tracé de la rue. La traversée du village se fait en S mais rien n’indique au conduc- teur le tracé de la rue. Plusieurs véhicules ont heurté les pierres placées en bordure. Toute voi- ture qui monte au village depuis la salle des fêtes découvre un coq au milieu de la route et nous tremblons pour la survie de cette sculpture si bien adoptée. A défaut de maté- rialiser les bordures du tracé, le revêtement en béton désactivé de la rue signalerait clai- rement aux conducteurs le parcours à suivre pour traverser le village.


Organiser le stationnement. Les zones de stationnement ont été réduites mais seraient suffisantes si les véhicules se garaient de manière rationnelle. Or les auto- mobilistes sont désemparés par cette vaste esplanade aux contours anguleux et, chacun se garant à son idée, la place publique est rapidement bloquée.


Adapter le dessin de la place. Dès la remise en circulation de la place, il est apparu que les véhi- cules avaient du mal à prendre certains tournants et ils ont de fait modifié le tracé en rognant des angles trop aigus. Plusieurs voitures ont frotté leurs pare-chocs sur des pierres ou roulé par inadvertance sur des rosiers. Il faut adapter les angles là où le passage est manifestement trop serré et ailleurs rendre plus visibles les bordures afin de protéger les végétaux.


Ajuster les plantations : il faudra remplacer les espèces trop délicates et notamment les gélives. Les buis sont minuscules mais si piétons et automobilistes sont vigilants, ils finiront bien par pousser et puis ce n’est pas tous les ans que, cachés sous 10 cm de neige, ils bouderont une inauguration.


Le réseau des eaux pluviales : nous avions déjà fait part de nos inquiétudes mais à ce jour, nos craintes n’ont pas été confirmées. A suivre.


La concertation souhaitée avec tous les riverains n’a pas eu lieu lors de la phase d’étude. Ce sont pourtant eux qui détiennent les clés de la pérennité de l’espace aménagé et par petites touches, il est bien possible qu’ils finissent par se faire entendre.


8 ● MAIGNAUT PASSION Info ● N°41


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20