This page contains a Flash digital edition of a book.
Des Vierges et des Tombeaux
Osculetur me osculo oris sui
Elle défit le nœud de sa ceinture, et nue,
Toute tremblante ouvrit ses bras à sa venue.
Ses mains touchaient les airs, le silence et la nuit,
Et le soleil parut dans ses yeux éblouis.
Et son divin baiser, frémissant et farouche,
Etait comme une fleur qu’on cueille avec la bouche.
Charles Van Lerberghe
14
Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13
Produced with Yudu - www.yudu.com